GALLERIES

        Journée internationale des droits de la femme

        1791 Olympe de Gouges rédige la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, où elle prône l’émancipation féminine via l’égalité des sexes. Celle qui fut la première des féministes, le paya de sa vie. Elle fut guillotinée en 1793.

        Ces six derniers mois, les révélations des mouvements #balancetonporc et #MeToo nous ont beaucoup fait réfléchir sur les premières salves de la révolution féminine et les héroïnes de ces premières batailles qui luttaient pour l’égalité au travail, mais aussi, à la maison.

        Proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, par la révolutionnaire Clara Zetkin, cette journée était pensée à l’origine pour être un événement politique. Et c’est dans cet état d’esprit que la date a été officialisée en 1977 par les Nations-unies, puis en 1982 par la France, dans la foulée des luttes féministes des années 1970.

        Le 8 mars est la journée internationale
        des droits de la femme et non la journée de la femme! La nuance est subtile mais terriblement importante.

        Cette journée sonne comme une piqure de rappel a qui ne s’accorderait pas encore à être féministe! Féministe nous devons toutes et tous l’être! Le féminisme n’a pas de sexe, pas d’âge, pas de couleur, pas de religion! Il est la meilleure façon pour nous de cultiver l’intrépidité chez nos filles, chez les autres jeunes femmes, mais aussi chez les jeunes garçons que nous éduquons! Si ils ou elles voient leurs mères s’aimer, se dépasser et réaliser leur rêves, ils et elles sauront, que tout est possible et verront en elles, un exemple à suivre! L’éducation et l’autonomisation des femmes à travers le monde ne peuvent qu’aboutir à une vie plus attentionnée, tolérante, juste et pacifique pour tous. Il ne s’agit pas pour les femmes de simplement prendre le pouvoir des mains des hommes, car cela ne changerait rien au monde. Il s’agit précisément de détruire cette notion de pouvoir et d’être égaux.

        Mystère, émotion, force, douceur, ténacité, amour & égalité, c’est pour moi la puissance de la féminité.

        Soyez un exemple pour la nouvelle génération, ÉDUQUONS filles & garçons dans la bienveillance en leur accordant la place et le statut qu’ils méritent, c’est entre leurs mains que se trouve la clefs d’un nouvel avenir!

        Ps: je me consacre actuellement entièrement à l’écriture de mon livre dédiée à la féminité, je vous tiendrais informé de son avancé.

         

        Nos héroïnes:

        Olympe de Gouges (1793), Mata hari (1876-1917), Rosa Parks (1913-2005), Frida Kahlo (1907-1954), Malala Yousafzai (Née en 1997), George Sand (1804-1876), Marie Curie (1867-1934), Simone Veil (1927-2017)

        Mata hari – Elle a tout fait pour elle-même et s’est juste avérée être une femme. Une femme émancipée. Indépendante. Sans peur. Entreprenante. Après son divorce, elle a immédiatement essayé de subvenir à ses besoins, de se construire une carrière et de voyager seule à travers l’Europe. Une vie bohème, faite de soirées décadentes, de spectacles affriolants qui au contact des hommes, la conduiront plus tard à être fusillée pour espionnage pendant la Première Guerre mondiale.

        Paulo Coelho lui consacre son livre SPY.

        Frida Kahlo – Frida est une icône du féminisme et de la liberté, Frida était fière de sa sexualité. Elle aimait avoir des femmes et des hommes dans son lit. Défiant les standards de la « beauté féminine ». Frida ne se souciait pas de s’adapter à la norme. Elle gardait ses traits «masculins» intacts – elle n’épilait pas ses sourcils, ses moustaches et ne se rasait pas les poils de ses aisselles. À l’époque, quand les femmes tenaient à porter des robes moulantes, elle portait de longues jupes et des chemises amples aux motifs vifs. Elle a tressé des tissus dans ses cheveux et a porté des accessoires qui ont créé une frénésie de mode à travers le monde. Les femmes avaient peu de droits durant les années 1900. À une époque où les hommes étaient considérés comme le sexe dominant, on s’attendait à ce que les femmes soient des femmes au foyer. Frida a fréquenté une école mixte, ce qui était très inhabituel à l’époque. Elle a exploré les expériences féminines intimes dans ses peintures: les fausses couches, la grossesse, les menstruations, les opérations, l’allaitement maternel, l’infertilité et les organes sexuels. Ses peintures peuvent sembler dérangeantes au début, mais elles incarnent les défis d’être une femme. Bien qu’elle soit née au Mexique, pays de tradition et de catholicisme, Frida était athée et fière d’être communiste.

        Simone Veil – Elle fut d’abord femme, elle ne se contentait pas d’affirmer des idées, elle les incarnait. C’est à elle que l’on doit la loi sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG), dépénalisant l’avortement. Votée en 1974, elle entre en vigueur en 1975. Simone Veil a fait face alors à de nombreuses menaces et intimidations mais ce combat lui a apporté une grande popularité. Elle sera par la suite ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville dans le gouvernement d’Edouard Balladur en 1993. En dehors de la vie politique, elle a été également Présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et en 2010 Simone Veil entre à la prestigieuse Académie française.

        Santé, vote, éducation… quand les droits des femmes évoluent

        1791 Olympe de Gouges rédige la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, où elle prône l’émancipation féminine via l’égalité des sexes. Celle qui fut la première des féministes, le paya de sa vie. Elle fut guillotinée en 1793.

        1944  Le droit de vote est accordé aux femmes. La France faisait figure en la matière de mauvaise élève de l’Europe : les Finlandaises votent depuis 1906, les Danoises depuis 1915 et les Britanniques depuis 1928

        1945  Les municipales du 29 avril 1945 sont le premier scrutin auquel participent les Françaises. Odette Roux est élue maire des Sables-d’Olonne et devient la première femme à administrer une ville de cette importance en France. En 2000, Catherine Trautmann remportera les municipales à Strasbourg et deviendra la première femme maire d’une commune de plus de 100.000 habitants.

        1947  Germaine Poinso-Chapuis, devient la première femme nommée ministre de plein exercice. Ce sera pour le portefeuille de la Santé publique et de la Famille dans le gouvernement de Robert Schuman. Le président de la République est alors Vincent Auriol.

        1949  Simone de Beauvoir publie « Le Deuxième sexe ». Cet ouvrage, où elle défend notamment l’idée que le rapport entre hommes et femmes est une construction sociale, fera l’effet d’une bombe. Avec une phrase qui désormais symbolisera le combat féministe : « On ne naît pas femme, on le devient ».

        1956  Le Planning familial est créé. D’abord appelé « La Maternité heureuse » et fondé dans la quasi-clandestinité, le mouvement milite pour l’éducation sexuelle, la lutte pour le droit à la contraception et à l’avortement. Rencontrant un vif succès, le mouvement se structure et organise la formation de conseillères et de médecins.

        1972  Le principe «  à travail égal, salaire égal » est inscrit dans le Code civil. « Tout employeur est tenu d’assurer, pour un même travail ou pour un travail de valeur égale, l’égalité de rémunération entre les hommes et les femmes ».

         

        Quelle sera la prochaine date? comment vivez vous cette journée?

        PREV. ITEM NEXT ITEM
        BY:
        Marie-laure Daillut
        ×
        mars 8, 2018

        READ COMMENTS -

        0 COMMENTS

        LEAVE A COMMENT